7 erreurs en webdesign qui influencent négativement votre SEO
5 (2)

En 2020, avoir une présence en ligne est essentielle pour le succès de votre entreprise. En revanche, une mauvaise conception de votre site web et des erreurs d’UX (expérience utilisateur) ont un impact négatif sur votre référencement.

C’est pourquoi il est indispensable que vous évaluiez régulièrement votre conception web. Vous devez impérativement tenir compte des facteurs essentiels de référencement, d’autant plus que ces derniers évoluent régulièrement.

Dans cet article, je vous livre quelques erreurs de conception web qui peuvent détruire le référencement de votre site web.

Les 7 erreurs les plus courantes en référencement on-site

Lorsqu’il s’agit du référencement interne ou on-site, les règles à suivre sont nombreuses et pas toujours faciles à appliquer. Je vous livre ici les erreurs les plus courantes que je trouve lors d’audits SEO. Le référencement naturel d’un site web correspond à un travail minutieux et de longue haleine, et est indispensable de suivre les bonnes pratiques tout au long de sa conception.

1. Les balises H1 manquantes

La balise Heading 1, également connue sous le nom de balise H1, est l’un des éléments les plus cruciaux du référencement lors de la conception de votre site.

Les robots des moteurs de recherche utilisent les balises H1 pour découvrir la page qu’ils parcourent.

Pour avoir une balise h1 valide efficace et qui vous aide dans vos efforts de référencement, elle doit comporter le mot-clé cible pour lequel vous essayez de vous positionner.

H1-meta-description

NB. Pensez également à optimiser votre méta description : même si elle n’influence pas directement votre positionnement sur les moteurs de recherche, c’est elle qui incitera les internautes à cliquer sur le lien vers votre site.

2. Fichiers trop volumineux

Des visuels convaincants sont là pour donner de l’allure à votre site. Cependant, vous devez également faire attention à la taille de vos fichiers multimédia.

Le placement de fichiers multimédia volumineux sur votre site peut avoir un impact négatif sur sa vitesse de chargement, ce qui se traduit par un taux de rebond plus élevé et un classement plus faible sur les moteurs de recherche. N’oubliez pas que Google favorise les pages qui se chargent rapidement, et ce de plus en plus.

Vous avez déjà mis en place vos images et vous souhaitez connaitre leur impact sur le chargement de votre site ?

Vous pouvez faire un test Google PageSpeed Insights ou GTMetrix. Ils vous donneront (entre-autres indications) un aperçu des images et des fichiers que Google juge trop volumineux pour votre site. Une fois que vous aurez identifié ces images, il sera plus facile de les compresser, de les redimensionner et de les télécharger à nouveau sur votre site. Si vos images sont trop nombreuses pour tous faire cette manipulation, vous pouvez utiliser une extension (Imagify, EWWW, Smush…) pour optimiser vos images directement sur votre site. Pensez également à renommer vos médias en évitant accents, caractères spéciaux et espaces et à renseigner la balise ALT en y insérant vos mots clés.

3. Site web non sécurisé

Le fait de ne pas sécuriser votre site avec un certificat SSL est généralement un signal d’alarme pour le référencement et les visiteurs du site.

Avez-vous déjà essayé d’accéder à des sites qui ne sont pas en https:// ? Google vous a averti avant d’accéder complètement au site avec un message alarmant… Vous pouvez également vérifier le petit cadenas au niveau de l’onglet de votre navigateur dont l’absence indique que le site sur lequel vous naviguez n’est pas sécurisé.

certificat-SSL

La bonne nouvelle, c’est que de nombreux hébergeurs de sites web proposent un certificat SSL gratuit ou bon marché. Il est essentiel que vous en ayez un installé sur votre site.

4. Pas d’appel à l’action

Ne pas avoir un CTA clair signifie que vous passez à côté de conversions (achat, inscription, contact…).

Faites un audit d’optimisation des taux de conversion pour savoir si les utilisateurs font ou non ce que vous souhaitez qu’ils fassent. Cela signifie généralement que vous devez ajouter des CTA à chaque page de votre site.

Vous pouvez également utiliser vos données Google Analytics et d’autres outils de suivi des utilisateurs pour savoir comment ces derniers interagissent avec votre site. Ainsi, vous connaîtrez les raisons pour lesquelles ils convertissent (ou non).

5. Utilisation des fenêtres publicitaires (popups)

Imaginez : vous naviguez en ligne et lorsque vous avez trouvé ce que vous cherchez, une fenêtre contextuelle s’ouvre soudainement, pendant que vous étiez en train de lire les informations qui vous intéressent. Et après avoir cliqué sur la croix pour faire disparaître le popup qui vous gêne, un 2ième popup surgit avant même que vous puissiez continuer votre lecture…

pop-up intrusive

Imaginez : Vous naviguez en ligne et lorsque vous avez trouvé ce que vous cherchez, une fenêtre contextuelle s’ouvre soudainement, pendant que vous étiez en train de lire les informations qui vous intéressent. Et après avoir cliqué sur la croix pour la faire disparaître un 2ième popup apparait immédiatement…

Quelle est votre réaction ? Cela vous agace, n’est-ce pas ?

Google déconseille l’utilisation de pop-ups trop nombreux sur un site web. En effet, les fenêtres contextuelles trop présentes compromettent l’expérience globale de l’utilisateur, en particulier sur les téléphones portables.

Le moment est donc venu de réévaluer vos stratégies en matière de pop-up pour améliorer votre classement dans les moteurs de recherche. Restez dans la simplicité pour proposer vos inscriptions à la newsletter et inciter votre audience à télécharger vos brochures et autres documents !

6. Contenu de faible qualité

Une bonne pratique consiste à avoir au moins 300 mots (et c’est le strict minimum) par page sur votre site. Et en ce qui concerne vos articles, plus vous approfondissez votre sujet, mieux c’est.

Ne perdez pas de vue que si vos visiteurs ne trouvent pas l’information qu’ils recherchent, ils quitteront rapidement votre site pour aller la chercher ailleurs.

Et en dehors du contenu écrit, pourquoi ne pas ajouter des vidéos et des images ?

De cette façon, vous fragmentez le contenu et vous vous adressez à votre public de manière plus interactive. Les vidéos peuvent également contribuer à réduire considérablement votre taux de rebond.

7. Conception non-responsive

Assurez-vous que vous offrez aux utilisateurs une expérience optimale lors de la consultation de votre site, quel que soit le dispositif qu’ils utilisent.

Cela signifie que l’ensemble de votre contenu – images, textes et vidéos – doit être mis en page en conséquence pour s’adapter à n’importe quel appareil. Et cela passe souvent par une adaptation minutieuse de votre design pour les différents écrans.

digit2demo

Dans un monde où la majorité des utilisateurs accèdent au web via des appareils mobiles Google privilégie les sites hautement optimisés pour les appareils mobiles et les smartphones (mobile first).

À vous de jouer

Je vous le répète, « la conception de sites web n’est pas purement esthétique ». Il y a d’autres éléments cruciaux qui sont déterminants pour plaire aux internautes et aux moteurs de recherche, et ces éléments doivent impérativement être pris en compte.

Alors, ne laissez pas une conception web défectueuse ruiner vos progrès. Avoir un design optimisé pour le référencement et suivre les bases du SEO pendant la conception de votre site est essentiel pour toute entreprise qui veut attirer des clients. Cela fait partie intégrante des bonnes pratiques au niveau SEO, alors ne passez pas à côté !

Notez cet article.